Force appui opérationnel

Créée pour répondre aux besoins très spécifiques du CCDO, la force "appui opérationnel" (FAO) regroupe l'ensemble des moyens spéciaux de l'unité (optiques, acoustiques, explosifs, cynophiles, etc), ainsi que les capacités et métiers opérationnels rares et particulièrement spécialisés.

Les capacités de FAO se déclinent en huit sections ou cellules:

La section "moyens spéciaux ": placée sous le même régime d'alerte que le détachement d'intervention d'urgence, elle est composée de techniciens opérationnels qui peuvent s'engager au coeur même des actions conduites par les autres forces du CCDO. Ils participent de manière déterminante à l'acquisition du renseignement sur une zone de crise ou sur toute cible mobile ainsi qu'à la mise en sécurité de sites.

La cellule "technique d'adaptation opérationnelle ", qui intervient en soutien des forces en modifiant ou copiant tout objet courant en vue d'un emploi en opérations.

La section "d'appui cynophile ": spécialisée dans la recherche d'engins piégés (détection de matière active et mise en sécurité), est placée sous le même régime d'alerte que le détachement d'intervention d'urgence.

L a cellule "dépiégeage d'assaut " est composée de spécialistes EOD (Neutralisation,Enlèvement, Destruction, d'Explosif), en mesure d'appuyer les différentes forces du CCDO. Elle permet notamment, d'intervenir sur les crises d'envergures sur le territoire national et en OPEX (opérations extérieures) en prenant en compte la menace liée aux explosifs et différentes techniques de piégeage :

• analyse de renseignement
• conseil au commandement
• détection et traitement de pièges en phase d'assaut
• veille RETEX et technique dans le domaine EOD.

La cellule "NRBC " (intervention en milieu vicié et conseil au commandement) offre au CCDO une réelle capacité d'anticipation et de réaction dans un domaine sensible. En étroite coordination avec l'ensemble du dispositif NRBC de la Gendarmerie nationale, elle offre au GIGN des possibilités de traiter une crise en atmosphère viciée et d'intervenir en sécurité dans l'enceinte des centres nucléaires de production d'électricité.

La cellule "effraction " (création de brèches, notamment avec l'utilisation d'explosifs).

La cellule "ouverture fine " (intrusion discrète sans utilisation d'explosifs ou de dispositifs classiques d'effraction).